Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 17:39

C'est à moi!!!




img202


      L'autre jour, une amie de vingt ans me colle un petit bout de papier dans la main. Tout d'abord je pense à une de ces plaisanteries qui consiste à donner n'importe quoi à son interlocuteur : un ticket de métro usagé, un emballage de bonbon, un prospectus, que sais-je, tout ce qu'on fourre dans sa poche sans y penser et dont peut se débarrasser ainsi à bon compte.

     Mais cette fois, au lieu de le jeter machinalement à la corbeille, j'eus un doute : il s'agissait d'un ticket et pas n'importe lequel - venant d'une femme s'entend : "C'EST A MOI". Pourtant je ne crois pas qu'il s'agisse d'un message caché. Sûrement pas. Tout de même, il y a ce numéro. Mais là aussi j'ai un doute : s'agit-il du numéro 74 ou 474? Si c'est 74, ça va, je peux attendre, même si j'ignore combien de temps ça peut prendre. Autrement dit : est-ce que "ça va vite" ou... ?

     Si c'est 474, c'est non. Elle est bien gentille mais non.

     Bon, je le garde quand même ce ticket.


img205

        Puisque je parle d'amie - je me demande soudain si c'est très malin de ma part de parler de deux amies en même temps, deux femmes dans le même panier, pas sûr - une autre, Brigitte LAURENDEAU, artiste plasticienne, éditrice est en pleine performance et c'est très beau.






Repost 0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 18:06
La punition



     Cette nuit suivant la publication de son billet, il a fait un de ces cauchemars dont on se souvient encore des décennies plus tard. Jugez-en :


img199

      Le lendemain matin, à peine remis de ses émotions, car il a entrevu dans ce rêve le début d'un châtiment divin ou quelque chose de ce genre - comme un bon tour de sa psyché par exemple -, il ouvre son courrier et tombe sur ceci :


img197


      Une plaisanterie sans doute. Quelqu'un aura voulu lui faire peur. Un petit coup de fil et il doit se résoudre à l'évidence : une de ses chères nièces a mis un enfant au monde. Il est donc grand-oncle, c'est à dire quasiment grand-père. L'honnêteté l'oblige à admettre que ce n'est pas la première fois, il a déjà connu une vague il y a de cela quelques années. Mais ça s'était calmé.
      Le voilà bon pour l'arbre quelque part entre la racine et la radicelle à portée du ver de terre et de la taupe.
      La vie est plus forte que lui (il n'emploie pas le mot "réel" - pas encore.) Alors, il ouvre son dossier "Beauté du monde et Joie de l'univers" grâce auquel il peut se rincer l'œil sur les images de beaux enfants. Ainsi, pense-t-il, il finira par les aimer. Il raye "aimer" qu'il remplace par "supporter". Pas gagné.


img198

img200

      Et en effet, après cette petite cure, il va mieux. Presque...



Photo du haut : La famille de Jan Gerritsz. 1638. Anonyme.
Au milieu : Faire-part de naissance (2010)
Les deux portraits du bas sont de Bronzino (1545)





Repost 0
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 18:08
Tu n'as pas de cervelle!



Brebel 1084 - copie

         Combien de fois ai-je entendu cela? Les dix doigts de pieds d’un mille pattes ne suffiraient pas à les compter.

         Or il se trouve que j’en ai deux. Ou plutôt que j'en avais deux - au passé donc. Puisque, suite à une ces petites erreurs qui deviennent relativement courantes de nos jours dans les hôpitaux, j’ai subi sans vraiment le souhaiter une ablation totale du cerveau. Des cerveaux - je dois m’habituer à les mettre au pluriel.

         Bref, à mon réveil, après s’être mollement excusé, le chirurgien a vite repris de sa superbe en agitant sous mon nez le bocal contenant mes deux appendices. Cette anomalie semblait l’enchanter. Ça n’est pas très courant, m’assura-t-il. Deux cervelles de moineaux, certes, mais deux cervelles au lieu d’une! Vous rendez-vous compte? Encore un peu, trois, quatre, ou cinq autres, et vous étiez un génie! Je dois l'avouer, nous avons bien ri.

         En guise de dédommagement l’hôpital m’a proposé une rééducation gratuite supervisée par les meilleurs spécialistes. (J’ignorais qu’il pouvait en exister des spécialistes des têtes sans aucune cervelle.) Mais, après quelques questions plutôt faciles : nom, prénom, adresse, date et lieu de naissance, nom de jeune fille de la mère, table de multiplication par deux, couleur du cheval d’Henri IV, etc., je fus autorisé, et même fermement invité, à rentrer chez moi sans faire d’histoires - pourquoi en aurais-je fait? je me pose encore la question -, avec en guise de souvenir mes petites cervelles dans leur bocal. A poser sur la cheminée ou sur une étagère.

         Ils ne m’ont rien dit, ou alors j’ai oublié, au sujet de ce pansement un peut trop voyant à mon goût. Faut-il le changer régulièrement? Combien de temps dois-je le garder? Est-il indispensable? Ne pourrais-je pas m’en passer?


img186

 

Pour la petite histoire : J'ai la chance d'avoir pour voisine une dame charmante qui chaque fois qu'elle s'en va dans sa campagne me laisse un petit colis de victuailles sorties de son frigo. J'ai rarement d'excellentes surprises - comme une bouteille de Champagne par exemple - mais l'intention est aimable. Ce matin donc, deux cervelles d'agneau dont je me régalerais bien si j'avais seulement la moindre idée de la façon de les préparer...

 

 


Repost 0
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 18:13

Voisins, je vous aime!

 

Brebel 1072

 

Jadis, j'ai habité - brièvement - un immeuble dont je devais être le seul locataire. Tous les autres étaient propriétaires et vivaient là depuis la nuit des temps. Les petits mots fleurissaient au moindre évènement. Je me suis amusé un temps à les recopier. Je les retranscris ici sans les mutilations, biffures, qui en changeaient le sens et autres ajouts salaces qui les émaillaient. Dommage.

 

Monsieur le Plombier. Impossible d’entrer chez moi. Merci patienter.

L’ascenseur ne marche pas. Ne m’obligez pas à descendre.

Je n’ai pas d’eau. Et vous?

Qui jette du carton dans la poubelle en verre? (Poubelle jaune!!)

La boite “colis encombrants” n’est pas une poubelle à prospectus, c’est une boite “colis encombrants” que je reçois régulièrement! Merci!

La concierge est provisoirement en vacances (jusqu’au 31 août)

Coupure de gaz d’électricité du 08/05/06 au 19/09/09. Pardon pour le dérangement.

Vérification de vos robinets (Gratuit)

Collecte de vêtements usagés (propres et en bon état)

La cave est restée allumée tout le week-end (Au moins!)

On est prié de s’essuyer les pieds sur le premier paillasson de l’entrée avant de faire de même sur celui situé au pied de l’escalier. (Pareil pour l’ascenseur)

La minuterie dépasse les bornes : 35 secondes que je sache ne font pas une minute!

Cause travaux, merci de ne pas emprunter l’escalier de service pour monter et pour descendre.

On m’a volé mon journal et ça ne date pas d’hier.

Coupure totale à prévoir.

En raison des travaux (et c’est pas pour le plaisir!), pardon pour la gêne.

A bas les perceuses!!

Respectons l’autre. Par exemple moi...

Bonjour nous venons d’aménager dans l’immeuble... et vous nous faites peur. Acceptez-vous les enfants?

On est prié de ne pas arroser ses fleurs.

Perdue ma petite chatte blonde (Zaza). Merci me tenir au courant.

Réunion des copropriétaires. Exceptionnellement au troisième étage gauche. Avant de monter, assurez-vous de ne pas avoir oublié les boissons comme la dernière fois!

Pourquoi vos enfants courent au-dessus de ma tête et pas ailleurs?!

Merci aux petits malins qui s’amusent à rajouter des moustaches à ma chatte et la font loucher. Sans parler du reste!

Je suis seul ici (au rez-de-chaussée) alors que vous êtes tant là-haut! Je ne supporte plus vos traces de pas!!

Ai retrouvé ma chatte. Merci de ne plus la chercher si toutefois vous vous étiez donnés cette peine. (En bonne santé)

Les animaux sont interdits dans l’immeuble. Sortez un par un.

 



Repost 0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 17:39
A la guerre comme à la guerre

       Les temps s’annonçant difficiles, pour ce qui me concerne en tout cas, j’ai décidé de prendre les mesures qui s’imposent dans ces situations de guerre larvée. Une fois de plus, c’est en triant mes archives que l’idée de me lancer dans le faux autographe m’est venue. (Je possédais déjà par ailleurs, je dois l'avouer, une petite expérience - certes ancienne - dans le mot d'excuse et la signature des carnets de notes. De l'intérêt d'une scolarité suivie.)


img142

       Ici, un faux Ionesco, dont j’étais assez fier à l’époque, destiné à tromper un acteur que je désirais absolument convaincre de jouer dans un film qui ne s’est jamais fait. La prudence m’avait commandé de commencer par un simple tapuscrit, plus facile à imiter - à part la signature bien sûr.

 

      Cependant, avant de me mettre tout à fait hors la loi (car il me vient à l’esprit que face au juge je ne pourrais prétendre avoir voulu nourrir ma femme et mes enfants, payer les arriérés de la maison de retraite de ma mère, mais seulement me dorloter moi-même), j’ai décidé de lancer un appel aux nombreux écrivains vivants (évidemment) qui passent par ici : je leur demande instamment de m’écrire quelques lettres, signées surtout, dans lesquelles ils feraient part de quelques-uns de leurs tourments, joies, soucis domestiques. Les détails croustillants étant les bienvenus : vicissitudes, turpitudes, vie sexuelle, déviances diverses, etc. Quitte à inventer bien sûr mais il m’est avis qu’ils n’auront pas à chercher bien loin...

 

      En attendant, mon indispensable Dictionnaire des Trucs de Jean-Louis Chardans (Jean-Jacques Pauvert Éditeur) ouvert à la bonne page, je commence à m’entraîner...



img143
Lettre de Jeanne d'Arc aux parisiens... "Braves Parysiens foyez tous on repos. L'armée de votre Roy arrive devant Parys.... Aux parysiens de la part de Johann dicte La Pucelle..."


img144
Lettre de Cléopâtre à Marc-Antoine... "Cléopâtre, royne, à son très cher ami Marc-Antoine triumvir..."


img145
Lettre de Christophe Colomb à Rabelais... ou quelques conseils du grand marin sur la navigation à l'illustre écrivain...


img146
Lettre du roi Dagobert à Saint-Eloi... "Mon très cher et très ami Elois..."


      Ces faux hautement savoureux sont d'un certain Denis VRAIN-LUCAS (1818-1882). Clerc de notaire à Chateaudun, puis "scribe" au tribulal de la même ville, son ambition le mène à Paris où il deviendra un des plus grands faussaires en autographes de tous les temps : plus de 27 000 pièces! Ses exploits sont connus et vous pourrez en découvrir l'étendue en consultant les sites qui lui sont consacrés, notamment celui de la Bibliothèque Nationale.



Repost 0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 11:24

Servez-vous!




c-est-dimanche 0788


(Pour la monnaie, s'adresser à Monsieur Luc, bar-tabac, deuxième rue à gauche.)




Repost 0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 16:54

Je vous assure que je n'y suis pour rien



img136-copie-1.jpg

    Tout se passait à merveille. Je tenais enfin le modèle parfait: une jeune fille charmante, répondant au doux nom de Léonie, intelligente, de la pudeur juste ce qu'il faut, exhibitionniste comme il se doit, c'est à dire sans ostentation excessive,  et pour ne rien gâcher un sens artistique très sûr doublé d'une rare maîtrise de l'espace. Ajoutez à cela un teint de madone, une peau de velours qui prenait admirablement la lumière. Patiente avec ça, me laissant tout le temps de soigner mes éclairages. Les essais au Polaroïds étaient parfaits. Bref, tout baignait. Après... après je ne sais plus ce qu'il s'est passé. Comme une absence.


img134-copie-1.jpg

    Lorsque j'ai enfin repris mes esprits, l'horreur : la vision cauchemardesque de ce corps ouvert à tous les vents. J'ai appelé doucement : "Léonie? ... Léonie? ... Léontine?" Mais rien, pas la moindre réaction. Alors j'ai un peu nettoyé autour, passé tous mes objets tranchants à la machine à laver, mes vêtements jetés à la hâte dans un grand sac plastique abandonné dans une poubelle de la rue voisine. Ah me voilà bien ennuyé. Quinze ans de psychanalyse, certains se gaussent, mais il faut bien se rendre à l'évidence : c'est insuffisant.





Repost 0
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 18:18

Bientôt, moi aussi...


img102.jpg

Bientôt, moi aussi je saurai dessiner des femmes nues. Depuis le temps que j'en rêvais, que je ne faisais qu'en rêver, maintenant ça y est : j'ai décidé de m'en donner les moyens. J'ai acheté une méthode simple - en principe - intitulée sobrement "Peindre les nus". Bien sûr, il faut commencer par le début, ce qui n'est guère dans mes habitudes. Comme disait l'autre : on devrait commencer par le défilé de la victoire, faire la guerre ensuite. Bref, l'idée est donc de commencer, pour dessiner une femme nue, par dessiner un homme nu, avec squelette, quelques muscles par ci par là, et l'indispensable feuille de vigne (voir l'illustration ci-dessus). Je veux bien. Et jusque là, grâce à la technique du calque et du papier carbone, ça se présente plutôt bien. La suite est plus contraignante.


img101.jpg

Ainsi que l'on peut en juger, cela se complique très vite. Trop vite. (Et encore, cette fois au moins la pose que j'ai fait prendre à la belle m'évite d'entrer dans des détails anatomiques sans intérêt artistique.)

Passé ce cap, je peux rêver à ceci:

img100-copie-1.jpg
ou cela:

img099.jpg

A dire vrai, ce que j'aimerais par-dessus tout c'est de savoir dessiner un bonhomme avec un gros nez, par exemple, qui contemplerait une bouteille de gaz, par exemple. Ou un marteau. Ou un... Mais ça, ce n'est pas à la portée de tout le monde.




Repost 0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 17:52

Vivement le printemps!



Je le sens, il est là, à nos portes. Pour preuve, cette nuit la Terre a brusquement basculé, dans le bon sens. Pas de beaucoup, heureusement, mais suffisamment pour qu'au matin je retrouve les meubles de mon salon entassés dans un coin de la pièce.


IMG_0157.JPG
IMG_0162.JPG
IMG_0165.JPG
IMG_0172.JPG

Pourtant, chaque année à son arrivée, je me demande si je ne serais pas mieux là-bas...


IMG_0118.JPG
IMG_0134.JPG
(Si une personne - ou un animal -, se reconnaît sur l'une de ces photos, et qu'elle ne souhaite pas apparaître ici, qu'elle me le fasse savoir.)


Ce billet est tout spécialement dédié à François Matton, en espérant ne pas avoir dépassé les quatorze lignes.



Repost 0
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 17:58

Les santons de Belgique.



IMG_0686.JPG

 

Hier, en défaisant ma crèche (je retarde ce moment le plus longtemps possible, jusqu’à la fin du mois de janvier, février parfois lorsque la météo s’y prête, car il m’est très pénible ce moment-là, c’est un peu de merveilleux qui s’en retourne au placard), j’ai compris pourquoi le petit Jésus s’était payé un peu ma tête à Noël.

En effet, je me suis aperçu avec horreur et consternation que j’avais complètement oublié de l’y placer comme il faut le 24 au soir à minuit précise. Quel distrait! J’imagine que je devais penser à autre chose à cette heure précise mais cela m’étonne car c’est la minute ou jamais dans l’année où l’on se doit de penser au petit Jésus. J’ai donc envisagé cette possibilité atroce qu’une de mes souris se soit jeté sur le nourrisson, lequel devait constituer une proie facile et bien appétissante, il faut bien le reconnaître . Heureusement, car l’idée qu’une souris puisse manger le corps du Christ, du futur Christ, me révoltait intérieurement malgré mon peu d’attachement au culte romain, je me suis souvenu que mon petit Jésus était en mousse, tout comme ses parents d’ailleurs. (Normal: les chiens ne font pas des chats comme on dit!)


IMG_0708.JPG

 

IMG_0707.JPG

 

IMG_0706.JPG

 

Cependant - et qui n’est pas pour me rassurer sur le sort du petit Jésus -, de l’unique brebis du troupeau, celle que j’appelais affectueusement Milou, elle aussi en mousse, il ne restait que la tête, une tête grignotée, affreusement mutilée, méconnaissable.

Au risque de bousculer les traditions, je vais donc abandonner ces santons belges pour ceux de Provence, moins comestibles eux et plus sacrilèges,  mais qu'importe : l'année prochaine le petit Jésus ressortira de ma crèche sain et sauf.


Repost 0