Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 16:48

album 1

 

VACANCES-1 4830

Mon fauteuil en Provence (2001-2010)

 

      Lorsque je prends des vacances, je ne lésine pas, j’y mets le paquet. Car je tiens à ce qu’elles me fassent de l’usage (à la façon d’un vêtement de qualité, une  veste ou une paire de chaussures, dont on ne se sépare pas ou alors bien des années plus tard et avec regret pour ne point inquiéter le quartier).
     Mes vacances, donc, doivent me “faire” environ dix ans. C’est un minimum (en m’y prenant bien je peux facilement tenir cinq de plus). Ceux  qui, par faiblesse de caractère ou pour cause de charge de famille, voient le calvaire se répéter chaque année à la même saison, m’envieront sûrement. Hélas je ne peux rien pour eux sauf compatir très hypocritement tout en barbotant dans le lait d’ânesse. 
    Pour un bon usage des vacances donc, je choisi une région fort éloignée, exotique mais sans excès, par exemple le sud de la France. Cette région, outre qu’elle est assez bien desservie par les transports en commun, possède aussi cette qualité essentielle de bénéficier d’un ciel bleu et d’une lumière à peu près égale toute l’année. Au point que l’œil peu exercé ne pourra jurer de la saison et de l’heure. Ainsi les nombreuses photographies que je prends sur place car je ne fais que cela durant cette semaine interminable: j’amasse de la documentation, j’en fais provision pour les quarante ou soixante saisons à venir.

 

VACANCES-1 4878

Home! ... Sweet home! (2007)


VACANCES-1 5187

Hollande (Printemps 1998)


VACANCES-1 9518

Hong Kong (Hiver 2004)


VACANCES-1 9514 - copie

Singapour (Hiver 2004)


VACANCES-1 0142

Toscane (Hiver 1997)


VACANCES-1 5188

Ecosse (Eté 2004)


VACANCES-1 0071

La Ciotat (Hiver 2008)

 

(à suivre)


Repost 0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 00:00

S'pèce d'étudiant!

 

bd 1939

 

     Ce type est jeune. Et d’une. Il est beau - parait-il, de simples on-dit, “on” étant évidemment l’excellente amie qui ne rate jamais une occasion.
     Il ne fait même pas exprès d’avoir des biceps, c’est naturel, c’est venu comme ça en jouant.
     Il a le culot de remonter la fontaine de la place de la Sorbonne sans glisser, sans se mouiller. Narcisse au pieds fourchus galopant dans l'épaisseur de son reflet. Jouissant à chacun de ses pas, c'est visible. Oui, c'est visible.

    A ses pieds, hors champ, un parterre de jeunes filles rieuses. En parfaite santé, elles aussi. Pourquoi se gêner. Intelligentes avec ça. Certes, l’école des chartes n'est pas loin mais le monde n’a tout de même pas changé à ce point? De mon temps, les chartistes n’étaient pas autorisés, que je sache, à être beaux, joyeux, et musclés tout à la fois! On savait se tenir bon sang! Fallait choisir!
    Les chartistes-peintres? Misérable.
    Manquerait plus qu’il fume, ce crétin! Sans que sa clope souffrasse souffrisse souffrît bordel un instant de l’humidité ambiante! Tiens, de mon temps encore, “clope” était masculin - mais si ça se trouve le p’tit Robert est un jeune con aussi, il remonte les rivières en chantant, déboule des cascades en riant, marche sur l’eau! Robert, petit jésus va!
    Quoi d’autre? Je crois avoir tout dit - hélas.


    (Si ce charmant jeune homme, hu! hu!, se reconnaît ici, que ça ne lui plaise pas ou à moitié seulement, qu’il veuille bien me le faire savoir, je me ferai un plaisir de...)


Repost 0
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 12:14

Spécial "Fête des Mères"

(ou La gueule du chien)


img259 copie - copie

 

 

img250

 

      Ce qui m'a amusé en regardant de plus près ces deux charmantes gravures romantiques, c'est la "gueule" que font ces deux chiens. Et plus particulièrement celui qui a l'air complètement effrayé ou prêt à mordre. A croire que l'artiste n'en pouvait plus des fillettes? qu'il s'est vengé sur le cabot?

 

 

img259 copie - 3

 

img250 - copie

 

     Je sais, je m'amuse d'un rien. Mais ayant, entre autre, un public de gentilles mamans, je ne pouvais décemment pas laissé traîner le billet précédent en un jour aussi sacré...

 

 


 

Repost 0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 18:45

je suis riche!

 

     Il est temps que je gagne sérieusement ma vie. Grand temps, ajouteront certains.   Qu’ils sachent bien que je ne les ai pas attendus. A preuve cette machine que je compte baptiser le...  Le Peumecholefroy (Peu me chaut le froid), mais il y a peut-être plus "vendeur". A voir.

 

img321

(Tous droits réservés à moi et moi seul) 


    Cet engin procède tout à la fois de la pompe à chaleur et de la cloche à melons. Le principe est fort simple, encore fallait-il y penser.

    Nous sommes en hiver. Vous avez froid aux pieds. Que faites-vous? Eh bien, tout simplement vous battez des mains, les frottez énergiquement, ou les fourrez dans vos poches ou dans tout autre endroit à votre convenance - je pense à votre conjoint ou conjointe - dont la tiédeur voire la chaleur seront presque immédiatement transmises par ce très ingénieux système à vos pieds glacés. Et si par bonheur le soleil apparaissait vous retirez prestement vos gants et présentez vos mains, doigts bien écartés, aux doux rayons de notre astre bien-aimé...

    Notez que l’appareil fonctionne tout aussi bien en sens inverse. Si vous avez froid aux mains, vous pouvez battre la semelle, sautiller sur place, prendre votre pied en le fourrant dans, etc...

    Le Peumcho (?) sera très prochainement en vente sur ce blog et je ne saurais trop vous recommander de réserver dès à présent votre Peum’cho (?) pour la modique somme de... de... ah, ça me gêne! ça me gêne à un point! La modique somme de... Merde, je ne serai jamais commerçant! Chié, putain!

 

(Je me demande si ma banque va gober une énormité pareille mais il le faut pourtant!)

 


Repost 0
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 12:06

Tatouage

ou

"Ton thé t'a-t-il ôté ta toue?"

 

 

img305


       J’ai fini par céder à la mode du tatouage. C’est toute l’histoire de ma vie, il suffit que je décide de me mettre enfin "à la mode" pour que ce ne soit déjà plus de mode. Je vous épargne la liste de mes ratés dans ce domaine.

    Mais je vois l’été arriver à grand pas et cette fois pas question de passer inaperçu sur les plages! Il suffit! Car je ne peux hélas compter sur mes pectoraux ni sur une pilosité de bouc pour attirer le regard des femmes!

    Voici ma dernière chance.

    J’ai donc fait établir un devis par une Maison parait-il sérieuse - d'après un certain "Joey" que je croise dans le quartier -, avec anesthésie générale, pour une œuvre somme toute sobre et originale. Ça n’est pas donné, non, au point que  j’ai dû m'en tenir au noir et blanc, moins cher et à mon avis plus classique.

    J’aime beaucoup mon futur dos et mes flans. J’hésite sur le devant que je trouve un peu bâclé.

    Je compte bien-sûr sur votre avis. 

 


 

Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 19:20

Ma vie amoureuse en deux mots


 

img290



    Moi qui n’ai jamais pu dire “je t’aime” à une femme sans éclater de rire  aussitôt après - cela n’a rien de drôle, ma vie affective et amoureuse en ont sévèrement souffert -, j’ai cru que la chance allait tourner en apercevant ce “Vocabulaire le vie amoureuse” en devanture d’un bouquiniste.

    Arrivé chez moi, j’arrache prestement le cellophane, et là, première déception : pas une image, pas un dessin, rien. C’est le genre de livre avec des mots qu’il faut lire. Bon, soit! me dis-je, le jeu en vaut la chandelle.

    Arrivé au milieu du livre, je suis pris d’une vague nausée. Les trésors d’imagination qu’hommes et femmes ont dû développer au cours des siècles pour en arriver, soit à exprimer un sentiment somme toute assez banal, soit à faire savoir à l’autre que s’il la trouvait dans son lit il n’irait certes pas coucher dans la baignoire, me sont apparus proprement ridicules et si vains après tout.

    J’ai donc refermé ce livre réservé à ceux qui aiment compliquer les choses simples. Pour ma part, je compte bien m’en tenir à “On baise?” ou à “Je t’aime” - en essayant cette fois de me mordre les lèvres.


 

 

Repost 0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 17:50

P'tite balade en mer

 

img279

 

         Voilà bien deux heures, peut-être plus, sûrement plus, que je suis affalé au fond de ce bateau les bras en croix le nez sur un crabe heureusement décédé. Je déteste les gens de mer. Un de perdu, dix de retrouvés, ricané-je au creux de la vague.

         Qu’est-ce qui m’a pris de louer ce voilier? L’ennui? Possible. Avec l’âge, je ne tiens pas plus de cinq minutes sur un plage. Alors pourquoi avoir choisi le bord de mer? Parce que je n’aime pas la montagne et ses orages, son horizon bouché? Oui, ça doit être ça : j’ai choisi la mer pour la mer et l’horizon. Me voilà servi.

         “Vous savez lire une carte au moins?” m’a demandé le sagouin. Que voulez-vous répondre à cela? Oui bien sûr, je sais lire une carte! Pour qui me prenait-il ce bronzé?! Parce qu’il était bronzé, naturellement bronzé, par le soleil,  j’aurais dû me méfier. 

         “Par vent fort, affalez-vous!” C’est tout ce qui me revient de mes cours de voile qui remontent, si je puis dire, aux années... Ce ne peut pas être “affolez-vous!”, ce serait trop facile et tellement mon genre.

 

         Mon empire pour une montagne, un tas de montagnes.

 


Repost 0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 13:11

Je n'aime pas le cirque

     

       Hier, je suis été au cirque avec les enfants. Pas les miens. J'emmène ceux des autres, c'est gratuit, je me contente de les dépouiller de leur argent de poche. Ça me fait environ un S.M.I.C. par semaine.

 

img267

 

img266

 

     Enfin, ils ont adoré. Pas moi.

     Pour moi, tant qu'il n'y a pas un dompteur qui se fait becqueter par un lion ou un trapéziste qui s'envoie en l'air, le spectacle ne vaut rien. Alors imaginez un peu ces numéros d'équilibristes à la c... !

 


 

Repost 0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 12:12

A saisir!

 

DEUX SUPERBES ESTAMPES JAPONAISES

(très peu servies)

 

img243

 

img244

 

      Malgré certains a priori qui ont la vie dure, le "coup" de l'estampe japonaise fonctionne toujours à merveille. Certes, on pourrait croire la méthode fort démodée, voire d'un autre siècle. Il n'en est rien, je puis l'affirmer ici, surtout en ce qui concernent les deux miennes (ci-dessus), lesquelles,  pour une somme fort modique,  m'ont permis de passer quelques agréables soirées et des nuits non moins délicieuses. 

      Le secret de cette insolente réussite est simple : la "proie" est à ce point  surprise, puis attendrie, par la naïveté mais aussi la beauté des motifs qu'elle perçoit, qu'au lieu du prédateur auquel elle s'attendait, elle voit au contraire en lui un être doux et sensible, cas rare ou peu répandu, si l'on en croit la presse féminine, sur lequel la belle ne manquera pas de se jeter.

        Notez, pour celles que cet achat intéresserait, que la ruse fonctionne tout aussi bien dans l'autre sens. Quel homme en effet, après avoir rêvé vicieusement tout en essayant de ne pas succomber dans l'escalier, ne tomberait pas sous le charme d'une telle innocence. Sauf à avoir affaire à un être vil et obtus, il est certain que le galant sera au contraire vivement rassuré de n'être point tombé sur une "Marie-couche-toi-là" et qu'il sera dès lors tout disposé à faire ce que femme veut.

      Bref, satisfait(e) ou remboursé(e)! Peux pas mieux dire!

 

 

Repost 0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 18:05

Joyeuses Pâques

 

 

JOYEUSES-PAQUES 1260

"Retour au pays" P. Jazet. 1885

 

       Avant tout, j'aimerais rendre ici un vibrant hommage au peintre Klück Klamynch dont l'œuvre est aujourd'hui enfin reconnue. Après avoir été marin pêcheur puis chasseur d'ours en Afrique, cet artiste flamboyant et multicordes à son arc se consacra jusqu'à la fin de sa vie à la peinture. On peut le voir ici poser complaisamment pour son ami et collègue Pierre Jazet dans cette célèbre composition "Retour au pays" (1885).

 

 

Petit conte de Noël

 

img221

 

img222

 

 

Note de l'auteur : Malgré des recherches approfondies, je n'ai pas trouvé de contes de Pâques. Je vous prie de m'en excuser. D'autre part, en ces saints jours, j'ai pensé qu'il serait charitable de ma part de présenter un texte court et assez facile à déchiffrer. Certains artistes peintres, que je ne nommerai pas, ont en effet le plus grand mal, malgré leur immense talent, à lire plus de quatorze lignes sans tourner de l'œil. A eux, je dédie ce billet.


Repost 0