Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 16:34

Mon zoo de quartier


Il y a un zoo juste en bas de chez moi, c’est pratique. J’y descends de temps à autre pour me changer les idées, car c’est assez distrayant un zoo, autant en profiter. Plus curieux encore, je crois bien qu’il s’agit du seul zoo en France où il est permis d’abreuver les animaux. C’est même recommandé. (Imaginez-vous tendre une canette de soda à une autruche!)

Qui plus est, ouvert sept jours sur sept jusqu’à minuit. Que demander de plus? Non, vraiment j’ai de la chance.


 

IMG_9119---.JPG

 

 

IMG_8569---copie.JPG

 

IMG_3775.JPG

 

 

 

IMG_3816-copie-1.JPG
IMG_9195---copie.JPG(Celui-ci a été mis sous plastique pour des raisons que j'ignore.)



Heureusement, il y a aussi des tigresses et des gazelles (la différence ne saute pas aux yeux - tout de suite).



IMG_9190.JPG
IMG_0100.JPG


(Les personnes qui se reconnaîtraient ici et ne souhaiteraient pas figurer dans ce zoo imaginaire sont priées de se faire connaître dans le calme et la plus grande dignité.)




Repost 0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 19:34

Ah, j'en ferais des folies




IMG 1176-copie-1

Ah, j'en ferais des folies si j'avais un jardin! Un petit bout de jardin. Assez petit pour éviter les grandes corvées, notamment celle de la tonte, activité hautement imbécile et crétinisante, j'en sais quelque chose, moi qui y ai passé un temps déraisonnable et pour ainsi dire fatale à mon développement intellectuel. Assez grand cependant pour y installer des perspectives grandioses, y planter des allées de charmes, y inventer des labyrinthes, des petits parloirs de verdure, ainsi que d'impeccables pelouses pour y placer quelques œuvres d'art issues de l'art populaire de préférence, pour indiquer avec discrétion un train de vie modeste.


IMG_1173.JPG

Dans ce domaine, on n'a que l'embarras du choix. Il est toutefois important, lors de l'achat, de s'imaginer ces sculptures vieillies, couvertes de mousses, éreintées par les siècles. C'est un peu comme de planter un arbre : on le fait pour ses petits enfants et faire de l'ombre à ses voisins. Car il est assez avantageux, lors de la conception, de penser aussi à emmerder ses voisins. C'est là que réside un des plaisirs les plus sûrs du jardinage : les réveiller de bon matin, gâcher leurs siestes, leurs infects et malodorants barbecues, leurs misérables  réunions familiales à base d'enfants odieux. Je le sais pour avoir été moi-même voisin, et je m'en suis toujours consolé en pensant qu'un jour ce serait à mon tour d'être le "voisin au jardin".


IMG 1179
(Notez que l'on néglige trop souvent la statuaire belge, alors que celle-ci se prête parfaitement à l'ornementation des jardins.)






Repost 0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 10:12
Scoop...



IMG_6843.JPG

La pose de départ, lors de cette séance (voir ci-dessus), consistait simplement en un poing serré, non crispé, masquant le sexe de cette jeune femme. Mais peu à peu, au fur et à mesure des prises de vue, le poing pivote insensiblement jusqu'à...


IMG_6850.JPG

... sembler vouloir saisir ce "phallus imaginaire" de la femme dont la représentaion fantasmée la plus courante, mais non la seule, est le petit mâle, le petit garçon, dont le sexe appartiendra désormais à la mère.


(Ce billet peu ordinaire pour répondre aux questions pressantes que l'on me pose à ce sujet.)

Repost 0
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 13:17

Cet été j’aurai enfin un beau chapeau.




 

 


Cet été j’aurai enfin un beau chapeau. Non pas que je cherche l’excentricité à tout prix, loin de là. Encore moins à me faire remarquer. Non. En revanche ce que j’exècre par-dessus tout c’est l’uniforme : la casquette américaine, le chapeau de brousse, le panama, la casquette de gentleman-farmer. Quel manque d’originalité! quel besoin d’afficher ainsi son rang!

 

Et, détail qui a son importance, j’aurai enfin un couvre-chef à ma taille. Car, la nature m’ayant doté d’une forte tête, il n’est pas facile de me coiffer (bien que tous les chapeliers consultés jusqu’ici aient prétendu le contraire, allant même jusqu’à affirmer que j’avais « une tête à chapeau »).

 

Je m’en vais donc découper cette espèce de courge selon un diamètre précis, celui de mon tour de tête. J’envisage même d’y ménager un protège-nuque contre les brûlures du soleil. Je pourrais tout aussi bien privilégier les oreilles que j’ai sensibles au premier courant d’air, quitte à passer pour un Péruvien attardé qui n’aurait pas même les moyens de se tricoter un bonnet. J’hésite. (Une visière pour les yeux?)

 

Le mieux peut-être, sûrement le plus simple : m’en faire une soupe pour ce soir.

 

 

 

 

Repost 0
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 17:35




 

 

… L’appareil, avait-elle dit, ne ressemblait pas à un vrai appareil photo, mais à une grossière contrefaçon totalement dépourvue des qualités instrumentales requises pour photographier, c’est pourquoi elle avait d’abord pensé que mon père n’avait pas l’intention d’utiliser l’appareil mais qu’il avait seulement voulu lui jouer un tour. En voyant l’appareil, ma mère s’était soudain récriée, elle s’était souvenue de mon père prenant des photos et de cette manie qu’il avait eue des années auparavant de sortir l’appareil photo à la moindre occasion pour capturer telle ou telle scène. Elle avait revu son visage d’alors, un visage doux et fiévreux lorsqu’il réglait l’appareil, et elle s’était souvenue du temps de pose toujours trop long à chaque prise de vue. Il réalisait des dizaines de portraits d’elle, lui donnant toute sorte d’indications, comment elle devait se tenir, quelle expression elle devait prendre, il s’adressait à elle comme si elle était un modèle et lui un photographe professionnel, redoublant de conseils et de recommandations pour que la photo soit parfaite, mais il ne parvenait au bout du compte qu’à susciter son agacement, …

 

Sébastien Brebel. Villa Bunker. P.O.L

 

 

Le flou de cette photo, je me plais à imaginer qu’il est dû au trouble de mon père photographiant sa jeune épouse. Sans doute à cette époque parvenait-il encore à ne pas trop l’agacer. Mais ce flou, cette photo prise trop vite indique qu’il n’en était rien – déjà.  Car mon père était plutôt bon photographe, très méticuleux quant à la distance, la lumière, le temps de pose. Par la suite, ce fut toute une autre affaire. Passée la trentaine, ma mère décréta qu’elle était désormais trop vieille pour être photographiée. Equipé de puissants téléobjectifs, peut-être mon père aurait-il pu réussir à la surprendre. Mais le résultat alors eut été le même : les photos auraient fini à la corbeille déchirées en mille morceaux…

 

Repost 0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 19:47

 

On me dit que ce catalogue date un peu. Que beaucoup de titres ne sont plus disponibles. Je n’en crois rien. Je crois plutôt que tous ces éditeurs sont saisis par la fièvre du pilon. De nos jours c’est à peine si un livre parvient à faire un petit détour par la librairie.

Pourtant cette Physiologie du plaisir m’aurait été bien utile, surtout à ce prix-là (6fr.). Je me console en me souvenant que la physiologie est une science qui m’ennuie et qu’après tout je préfère ne rien savoir du plaisir.

 

 

Repost 0