Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 17:02

Ça y est!

 

 

img266

 

img267

 

 

    Je ne le dis qu'à vous, en avant première en quelque sorte : je tiens enfin mes deux héros. (Le super-héros surtout. L'héroïne... oui aussi, il faut bien que j'arrive à prendre une décision un jour et à m'y tenir.)

   Ce ne fut pas sans mal : voilà deux ans que j'y travaillais dans le plus grand secret, deux ans à errer dans les rues mon moleskine en poche à la recherche de visages qui m'inspirent.

  Reste à cerner les personnages, les "construire", et leur trouver une histoire. Une histoire commune si possible. Or j'ai beau me creuser la tête, tout à coup je ne vois vraiment pas ce qu'ils pourraient trafiquer ensemble ces deux-là. Sont aussi peu assortis que Laurel et Hardy! (Quoique ces derniers aient connu un certain succès en leur temps.)

   Leur toute première rencontre pour commencer... dans un train? au bistro? dans un ascenseur en panne? ... et leur métier... elle est chauffeur de taxi ou de bus, lui un éminent professeur émérite de... non... leur hobby ... elle c'est le tricot, lui les maquettes d'avion... quelle emmerdement! 

  Au fait comment s'appellent-ils? ... Non, non! Décidément ça ne va pas!

  Je ne vois qu'un moyen de m'en sortir dignement : déclarer haut et fort que la bande dessinée est un genre mineur qui n'est pas à ma mesure puisque à l'évidence je suis destiné à des écritures infiniment plus nobles et plus élevées. Le ridicule ne tue pas, je ne risque pas grand chose...

 


Repost 0
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 19:34

La table des matières

 

img242

 

    J’ai vendu le livre - les temps sont durs et les fêtes approchent, je fais allusion au 14 juillet bien sûr -, mais j’ai conservé précieusement la Table des matières. A priori le libraire ne s’est aperçu de rien. Il n’y a plus de libraires.

   J’aime beaucoup les tables des matières. Autrefois, du temps que l’on travaillait bien, la lecture de la table des matières pouvait rendre la lecture de l’ouvrage quasiment superfétatoire.

   Je suis certain que vous imaginez déjà tout le bénéfice qu’il y aurait à rendre de nouveau obligatoire la table des matières pour les romans, autobiographies, recueils de poésie, etc.

    Imaginez un peu : vous avez dû acheter au prix fort le premier (et dernier, vous l’espérez) opus de votre directeur de collection, de votre dentiste, de votre beau-papa… Vous devez le lire – en plus. Et vous découvrez alors, à l’occasion d’une séance de dédicace par exemple, que la table des matières (« …Chapitre 12 : Dans lequel notre héros se prend les pieds dans le tapis au moment même où il s’apprêtait à servir à la baronne son verre de… ») est votre seule et véritable amie.


 

img243


 

 

 

Repost 0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 18:36

Aujourd'hui : .......

 

img218

 

   Aujourd'hui, c'est à vous de trouver, en vous inspirant de l'illustration ci-dessus, de quel nouveau petit métier de la crise il s'agit. C'est comme un jeu! Nous allons bien nous amuser!

   Mon billet est prêt bien sûr, sauf qu'il est resté bloquer quelque part sur la route. Un incident technique indépendant de ma volonté mais qui tombe fort à propos puisque je trouvais que ça manquait un peu de couleurs ici depuis quelque temps. J'en profite donc pour vous présenter, en exclusivité, un projet qui me tient à cœur auquel je travaille en coopération étroite avec un ingénieur belge renommé, spécialisé dans les véhicules de grand luxe.


 

20966610

Nom de code : Evinrude. (Vue d'artiste) 

    

     Avec la chance que j'ai, je suis à peu près certain qu'il aura cessé de neiger quand les premiers modèles seront en vente. Je le sais, je ne me fais aucune illusion.

   Et chemin faisant, j'ai découvert que grâce au web on pouvait facilement inventer des choses qui existent déjà. 


 

img4

(Dommage, j'aurais bien aimé retrouver la photo du camping-car de Raymond Roussel, inventeur du concept d'ailleurs - je crois.)

 

cc-nomade

img3

1936

 

Avez-vous trouvé? Oui, bien sûr! Ce nouveau petit métier de la crise est... (Quelle ambiance! Quelle ambiance mes amis!)

 

 

 

Repost 0
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 16:44

Ci-gît

 

img196

Jeux d'enfants . 1560 . Pieter Bruegel l'Ancien.

 

    Nous ne sommes pas censés vivre. Du moins, je n’ai jamais vu de demande écrite allant en ce sens. Fruit d’un hasard insensé (une terre gorgée d’eau et d’oxygène, le tout à distance idoine d’un soleil), nous sommes cependant persuadés que l'on est terrien de plein droit, par la grâce d’un dieu, et la ferme volonté de nos géniteurs (lesquels cependant ont eux-mêmes obéi à un instinct vieux comme le premier têtard apparu sur terre).

   Une fois sur place évidemment, on suit le mouvement. Ça a l’air de fonctionner, plus ou moins, toutes ces affaires humaines. Ça tient debout ces théories et pratiques qui nous incitent à poursuivre plus avant. Certains y trouvent leur compte, vont même jusqu’à s’en émerveiller de la vie, la chanter à tue-tête et sur tous les toits. Tandis que le prophète maudit le jour de sa naissance. Allez comprendre.

   En revanche, ce qui est tout à fait prévu cette fois c’est que nous mourrions. Là aussi, pas de demandes écrites (sauf parfois ici ou là par des défaitistes soudain lucides qui réclament le droit à faire cesser la plaisanterie). Mais, au contraire de la première idée (que nous n'avons rien à faire ici), celle-ci fait son petit bonhomme de chemin, et l’enfant usé, vieilli, cassé, se rend finalement à l’évidence et accepte avec plus ou moins d’entrain de se retirer du jeu pour aller pourrir dans un coin. C’est la vie comme on dit alors.

   Certaines civilisations, disparues pour la plupart, ceci expliquant peut-être cela, ne l’entendaient pas de cette oreille. L’homme sans vie restait sur place, pour ainsi dire en famille, à quelque distance cependant, exposé au soleil ou solidement ficelé dans le renfoncement d’un rocher, c’est à dire bien en vu.

  Tout cela pour vous faire part de mes dernières volontés. En effet, après y avoir longuement réfléchi, changé vingt fois d’avis (enterrement bio en pleine terre dans un carton recyclé pour préserver la forêt, la crémation dont le bilan carbone n’est pas satisfaisant du tout), j’ai décidé en mon âme et conscience, sain de corps et d’esprit, que je serai finalement emmailloté dans de solides bandelettes à même un réverbère parisien, ceci à une hauteur raisonnable, hors de portée des curieux et des touche-à-tout, et si possible dans mon quartier auquel j'ai fini par m'attacher, sans jeu de mots.

  Ce n’est pas parce que la fin de la récréation aura sonné que je me priverai de faire rigoler mes petits camarades.

 

 


Repost 0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 16:42

Bulletin de santé

 

 

img173

(Euh... la loco rouge sur la chaise, elle est à moi! à moi!)

 

 

     En acceptant la direction artistique de ce blog je m'étais engagé publiquement à communiquer une fois l'an un bulletin de santé mentale. Convoqué par le grand patron, je me suis entendu dire : "Ecoutez mon vieux, votre santé mentale tout le monde s'en est fait sa petite idée depuis le temps que vous dégoisez à tout va. Donc inutile d'en rajouter, ce serait prendre les lecteurs pour des imbéciles!"

    Il est fort mon patron, d'ailleurs je ne suis pas sûr d'avoir bien saisi le sens de sa phrase. Est-ce de l'ironie? Un encouragement à poursuivre dans cette voie? Un avertissement? 


    Et donc, dans un souci d'équité, après les p'tites pisseuses, au tour de ces adorables petits garçons très sages :


 

img173 copie

(Regardez comme André empêche ce fils d'ouvrier de lancer un cailloux sur les policiers! Bravo André!)


img172 copie

(Pour jouer avec le chien Bébert, Jacques est prêt à laisser ses jouets! Comme il aime les animaux!)


img172

(N'écoutant que son courage, Pierre s'apprête à saisir à main nue ce météorite incandescent qui vient tout juste de tomber du ciel. Ainsi il va sauver la maison des flammes!)


img171 copie

(Euh... pfffff... voyons... Quel con ce petit Marcel!)


img171

(Petit Luc découvre l'alcool. Saura-t-il résister à la tentation? Espérons bien que non!)

 

 

(Et toujours trente pages malgré un travail acharné et une fièvre de bourrin...) 

 




Repost 0
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 17:06

La fête aux p'tites filles

 

      En attendant de retrouver les traces effacées de mon troisième amour, je profite de ce temps mort pour régler son compte au premier, et tant que j'y suis, à toutes les petites pisseuses dont j'ai décidé que ce serait désormais la fête aujourd'hui. (Il y a bien une fête des mères, des pères, des grand-pères, des secrétaires...) 

 

img156

(Une de mes plus belles réussites! A dix mètres, au lance-pierre classique, son ballon a fait paf dans ses mains! P'tite bourgeoise va! bêcheuse!)

 

img135 copie

(Ah celle-là aussi je ne m'en lasse pas! C'est moi bien sûr qui tire sur la poignée derrière la porte.)

 

img135

(Appeler les pompiers? Vous n'y pensez pas! Ils ont plus sérieux à s'occuper ces braves!)

 

img136

(J'aime beaucoup la poupée qui est tombée sur la tête!)

 

img155

(Quelle comédienne!)

 

img157

(Vous allez voir que ça va être encore la faute de son petit frère! Ici oui, peut-être les pompiers...)

 

    Si vraiment vous pensez qu'il y a là une injustice, un sexisme scandaleux, je tiens à votre disposition "La fête aux p'tits garçons". Les pauvres choux...


(Pour être tout à fait honnête : en attendant un billet de dix pages impossible à mettre en ligne en l'état...)


 

 

Repost 0
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 17:24

Pourquoi tu tousses, Saint?

 

img138

 

      Les chrétiens dont je suis, puisque ayant été baptisé à l’insu de mon plein gré mais peu importe, les chrétiens de ma catégorie donc, celle des indécrottables pécheurs, iront droit en enfer puisque ayant été baptisés justement, ayant été prévenus en quelque sorte des risques encourus, (ayant péché sans avoir pris la peine ou la sage précaution du repentir officiel auprès du ministre assermenté planqué derrière son grillage à poules (confiture dérobée, bonbons volés, pratiques solitaires avec qui? pensées impures avec qui? des détails, des détails, bon sang! etc.), ces chrétiens-là comme je le disais iront droit en enfer.

     Alors que le quidam non baptisé en revanche peut se la couler douce toute sa vie, commettre les pires méfaits, ce quidam-là ira droit au paradis lui, vu qu’il n’a pas été porté sur les fonds - ou que peut-être avons-nous affaire à un chanceux dont on aurait omis d’inscrire le nom sur le grand cahier des bons gentils, ou encore un malin qui aura pris soin d’effacer toutes traces écrites, tous témoins gênants, preuves diverses, empreintes digitales, A.D.N., etc.

    Si donc vous n’avez jamais été baptisé, réfléchissez à deux fois avant de vous précipiter sur le bénitier. Sauf bien entendu si vous avez entendu parler en bien de l’enfer, des rumeurs je sais courent à ce sujet, il serait question d’un endroit pas si déplaisant qu’on a bien voulu nous le dire, un endroit où l’on peut faire des bêtises, regarder la télé très tard, faire pipi au lit, toutes sortes de petits plaisirs qui vous seront interdits à jamais au paradis. Ce que j’en dis, vous ferez comme vous l’entendez.

    Quant au jour des morts qui suit cette fête, si on me demandait mon avis, je la changerais en nuit mais puisqu’on ne me le demande point…


 

  Et surtout... surtout... éloignez les enfants! Car, vous l'aurez deviné, en réalité je suis le DIABLE!!!

 img137

(Ciel! En panne de gommettes! c'est bien le jour! hu! hu!)

 

 

 

 

Repost 0
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 14:31

La grande attaque du wagon bi-foudre

 

WAGON BI-FOUDRE-copie-1 

 

     Ne me remerciez pas les gars, je vous mets sur un coup fumant parce que c'est vous. C’est facile, sans risque, et ça peut rapporter gros (rouge, oui). 

     Mon plan est simple. Dans ce genre d’affaire, croyez-en mon expérience, rien ne vaut les bons vieux trucs. Ceux qui vont chercher midi à quatorze heures, rien que pour se rendre intéressants, se retrouvent tous vers dix-huit heures les fesses en feu et les joues couleur rouge baiser. A tous les coups.

     Je vous explique - car bien sûr j’ai un plan, là dans ma tête, on ne prépare pas non plus un braquage de cette ampleur en improvisant.

PLAN :

     L’un de nous place un soldat en plastique sur les rails, pas un beau oui, puis court se planquer. Nous attendons. Ce ne sera pas long. En effet, peu après, apercevant soudain le corps (évanoui?) en travers de son chemin, le chauffeur de la locomotive pousse un terrible juron (flûte?) et stoppe net son train. Trop peur de l’abîmer, l’imbécile. Nous autres en profitons aussitôt : tandis que le gros va dégager la voie d’une pichenette, nous sortons de nos cachettes pour bondir sur le wagon. Vous le reconnaîtrez au moins oui, le wagon bi-foudre ? Et là, sans traîner mais sans s’affoler non plus, nous commençons le pillage proprement dit. Deux ou trois d’entre nous seront restés en bas : l’un, l’autre bout du tuyau dans la bouche, prêt à siphonner tandis que les autres se chargeront de lui passer les bouteilles en plastique que nous aurons emmenées avec nous. Tous prêts aussi à courir le long de la voie tout en continuant de pomper au cas où l’autre aurait fait plus vite que prévu. (Ce serait pas mal que profitant de l’arrêt il aille faire pipi. Ou mieux encore que sa maman l’appelle pour le goûter. Espérons.)

MATERIEL :

    Notez : le tuyau d’arrosage du curé parce qu’il nous pardonnera. Toutes les bouteilles en plastiques que vous pourrez trouver (avec les bouchons, très important les bouchons). Ici... oui Paul, bien vu! … petit problème en effet… on a beau tout prévoir… c’est vrai qu’ils ne boivent pas beaucoup d’eau minérale les parents… On trouvera ! Au besoin, on s’en fichera plein la panse et puis c’est tout ! `

       Vous marchez ? Allez ! On s’en fout, il nous le prête jamais son train aussi!

 

 

Repost 0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 17:44

Encore une p'tite louche?

 

    Les plus courtes sont les meilleurs, je sais. Encore que les avis soient partagés sur le sujet. Mais puisque, d'une part je me retrouve en panne des sens depuis quelques jours (un billet qui me résiste, a-t-on idée le salaud!), que de l'autre j'ai entrepris de numériser ma modeste documentation iconographique, histoire de la faire tenir dans un mouchoir de poche, je vous livre volontiers mon "bêtisier" - ou pétages de plomb en bon français.

 

 

img108

"Caramba! encore raté! (Général Alkazar)

 

img110

Quand même!!

 

img112

Ouais...

img112 copie

...bof!


img111

Marie Cassatt. La mère et l'enfant. 1901.

Jeanne! Encore un garçon!! ... (en effet c'est un garçon) ... Bon... ça ira pour cette fois mais gare à la prochaine! " (Cette plaisanterie ne fera pas rire partout dans le monde. On sait à peu près compter les morts, les blessés, les déportés, mais pas les saints innocents - parce que c'est impossible.)


img113

img114

 

 

img109

Antonio del Pollaiolo. La Bataille des dix nus. (vers 1485?)

Laissons-les s'amuser un peu! Et surtout : pas vraiment le moment d'aller leur coller des pastilles sur le... dos.


img115

Andréa Sacchi. Marcantonio Pasqualini couronné par Appollon. (1641) 

Pour ce piano-harpe - ou clavecin? Je cherchais une idée de cadeau, une bricole, j'ai trouvé!

 

    Allez, je range mes pastilles! pour de bon cette fois! promis!

 


 

 

Repost 0
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 18:06

Vive la censure (numérique)!

 

    Les temps sont à la morosité. Nous aurions tous grand besoin de nous changer les idées. Il convient cependant de rester prudent. Laquelle prudence atteint parfois à la plus grande lâcheté. C'est le cas en ce qui me concerne. (Pour mémoire, Carte de Lâche n° 0000002XXL)

 

img105

 

    Progressant chaque jour à vitesse grand V, mais à mon rythme cependant, je sais depuis peu me servir de ma gomme. Cet outil me manquait cruellement. Comment en effet présenter ici des photos qui auraient pu m'attirer certaines foudres? Impossible.

    (Paradoxe : l'autocensure pourrait-elle me rendre plus libre? Absurde, je sais.)

   Mais à partir de ce jour, je vais pouvoir sans crainte ni tremblement vous présenter quelques-unes de mes estampes. Je commence par les plus innocentes, restons prudent. 

 

img104

img103

img107

 

img102

(Aïe aïe! Là, je me vois dans l'obligation de préciser que le monsieur n'est ni musulman, ni juif, ni... C'est un joyeux drille, tout simplement.)

 

 

Et ne manquez surtout pas dans notre prochain numéro "Nos dames à l'ouvrage":

 

img096

 

Note de l'auteur : La censure n'est certes pas un sujet de plaisanterie. Assez de journalistes, artistes, écrivains, de part le monde, en ont souffert et en souffrent encore. Tant d'autres ont payé cher pour avoir eu le courage de passer outre. Pas même un éloge de l'autocensure, toute aussi efficace, sinon plus.



Repost 0