Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 17:14

 

gueule-sang

 

  Elle a commencé par me mettre un magnifique pain dans la gueule. Magnifique. Et je m'y connais. Parole, j’ai cru que j’allais tourner de l’œil. Puis, j’allais dire dans le même mouvement, elle m’a embrassé. Longuement. Enfin elle s’est écartée, et là quand je l’ai vue me sourire avec tant d’amour, la bouche et les joues en sang, crachotant mes quelques dents, elles ne pouvaient être qu’à moi, je me suis pensé Elle me plaît, je l’adore, je l’aime, et tant pis pour les frais de dentiste.

  Elle m’a dit Ça c’est une petite avance pour le cas où tu ne m’aimerais plus, que tu me quitterais, que tu me ferais souffrir. Et elle m’a embrassé de nouveau. Là je me suis dit Tout de même pourvu qu’elle n’attrape pas le goût du sang.

 

 

 

 


Repost 0
Published by Dominique Chaussois - dans la bio dégradée
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 13:23

 

bravo-manuel-alvarez-self-portrait

Manuel Alvarez Bravo - Autoportrait

 

 

   Fort heureusement ma belle éducation m’interdit de considérer la femme comme simple objet de décoration.

  C’est d'ailleurs dommage parce que je le trouve éminemment décoratif cet objet.

  Disons qu’il y a plus vilain.

 

 


 


 

Repost 0
Published by Depluloin - dans billevesées
commenter cet article
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 12:28

 

cuisiniere

 

   Je fais des rêves étranges ces derniers temps. 

 


Repost 0
Published by Dominique Chaussois - dans la bio dégradée
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 17:50

 

 FEVRIER-2012 3693 

 

   A mon beau regard vitreux rivé au plafond, on voit, vous voyez que je ne dors pas. Quoiqu’il m’arrive de dormir ainsi lorsque je n’arrive pas à fermer l’œil, je le garde ouvert. Mais je ne dors pas, je suis tracassé.

   L’huissier je m’en fiche. A part mon canard, mes petites voitures, et d’une manière générale les trésors de mon lit, il pourra bien me saisir tout ce qu’il veut, je ne lèverai pas le petit doigt. Combien ai-je de petits doigts déjà ? Laissez-moi compter. Quatre avec ceux des pieds. C’est énorme. Quoi que lever un petit doigt de pieds je me demande si ça compte. Non, ce qui me soucie le plus c’est mon attitude vis à vis de cette jeune personne. Certes, elle était assez bien agencée pour réveiller un mort mais ce n’est pas une raison puisque je ne suis pas mort, pas encore. Ce brusque éveil de mes sens ne laisse pas de m’étonner. Après toutes ces années à les combattre, les étouffer un à un sous l’oreiller, je les croyais définitivement absents de ma personne. Et je ne parle pas de mes instincts, eux aussi proprement expulsés, notamment ceux de conservation et de survie. Tous ces efforts pour accéder à l’inhumain ou si ce n’est à l’inhumain à quelque chose d’aussi plaisant que l’hébétude du soliveau.

   Toute une vie à faire le mort, sans peine ni chagrin, sans joie excessive non plus, mais dois-je l’avouer avec un certain bonheur tout de même notamment durant les heures creuses. Il doit y avoir une raison à cet écart de conduite. Ce serait peut-être le moment d’ouvrir un de mes livres compliqués où ce cas aurait déjà été évoqué. Mais je ne crois pas. Je crois plutôt que ma belle indifférence aux affaires terrestres a brusquement cédé pour me ramener à des milliers voire des millions d’années en arrière, au rang de la bête humaine bardée de tous ses bas instincts, comme celui de la reproduction par exemple, en voilà un que j’ai dû bêtement oublier, le jugeant inexistant ou par trop improbable chez un champion de ma catégorie. J’aurais donc souhaité me reproduire. Me reproduire, moi, quelle ironie. Voilà que ma viande se met à faire de l’humour sur le tard.

  S.O.S. naufrage raté.

 


Repost 0
Published by Dominique Chaussois - dans Iris mécanique
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 15:45

 

img203

 

  Si enfance il y a eu - et tout porte à croire que ce fut le cas -, c’est la maison de mon enfance.

  Pourtant elle ne me dit rien. Je n’y ai pas été heureux. Je n’ai été heureux nulle part dans nos maisons, d’enfance ou d’ailleurs. Sauf la terrasse peut-être que je n’ai pas connue ainsi, avec cette pergola, puisque l’été nous pouvions y trainer nos matelas pour assister aux pluies d’étoiles filantes, au passage du premier satellite, aux orages en mer, à une bataille sanglante aussi sur la montagne Bugeaud, je m’en souviendrai toujours, les balles traçantes, l’impact des obus et des bombes de l’aviation, les files de camions montant au front.

   Ce qui pourrait me parler en revanche, bien mieux, ce serait le jardin où tout, l’essentiel, se passait. Les eucalyptus, les citronniers, les orangers, ses odeurs, ses parfums de figues de barbarie pourrissant au sol, la merde des voisins, un délice ce mélange embaumant la vie pure. L’air superbe de l’Afrique. Sensuel, érotique, fameux. La mer aussi bien sûr, si proche. Et le sang. Du sang partout. L’Afrique est la terre du sang. Elle le sera encore longtemps, cette terre maudite et magnifique.

 

 


 

Repost 0
Published by Dominique Chaussois - dans la bio autorisée
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 14:14

 

img425

Le p'tit frère. A Bône (Algérie). 1959 ?

 

 

   Tel l'illustre Tartarin, à la descente du bateau nos sympathiques bidasses croyaient débarquer en plein désert et au milieu des chameaux. Las! certains hivers étaient si rudes dans le djebel que les chasseurs alpins y furent envoyés en force.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Dominique Chaussois - dans la bio autorisée
commenter cet article
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 09:45

.

...

Repost 0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 11:48

 

DSC03500 (7)

(photo S. L.)

 

  Oh toi, tu iras loin !

  Un jour tu trouveras l’océan.

  Tu feras attention, cette fois tu n’auras pas pied.

  Mais tu sauras nager alors.

 

 

 

 

 

 


 

Repost 0
Published by Dominique Chaussois - dans born to the blog
commenter cet article
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 10:22

img197

Mireille Spideman

 

Sans cesse

de pièce

en pièce

il allait

pincer

l’absence

dont les petits cris

poussés

en soupirs

le rassuraient

quant à ce

rien n’est plus

Rien n’est plus

 

(Ce

temps

à froisser

les cieux)

 


 

 


Repost 0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 11:12

Photos-0313


 

   Certes, Sigmund n'est pas Jésus mais les marchands du temple eux sont les mêmes. Est-ce si grave? N'aurais-je pas mieux fait d'intituler ce billet "No comment" ? Sans doute.

 

(Merci à la d@me pour sa photo.)

 


 

Repost 0
Published by Dominique Chaussois - dans born to the blog
commenter cet article