Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 12:27

 

00470a

 

 

Un rien lui faisait plaisir. Deux aussi, tout autant.

Trois, je ne sais pas.

Je ne me suis jamais aventuré jusque là.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Chaussois - dans billevesées
commenter cet article

commentaires

François Matton 30/07/2012 22:17


Ah ah, très drôle !


(c'est bien ici, on peut laisser des commentaires)

Depluloin 31/07/2012 16:49



Merci, François !


 (Oui, ici nous sommes ouverts aux compliments ! ;)


 



Zoë Lucider 29/07/2012 12:32


Avec le lapin qu'a posé la grosse patate, nous avons un repas complet, hu hu

Depluloin 29/07/2012 12:49



Ouiiiiiiii !!!


Et pour dessert, nous aurons des poireaux au caramel ! (Ma spécialité.)


 



Mme de K 28/07/2012 18:52


tout a été dit je crois...


pas la peine de poireauter ici plus longtemps...

Depluloin 28/07/2012 19:01



Non, non ! Tu t'en tireras pas comme ça ! 


(Ah! un jeu de mots !!! Aaaaahhh, j'ai compris! :))


 



Zoë Lucider 28/07/2012 17:21






Depluloin 28/07/2012 19:00



Flûte ! Ce point d'interrogation est extrêment frustrant !


(Mais je l'ai vue l'énorme patate. J'arrose mes poireaux et on va voir qui est le plus fort! :)


 



patrick verroust 27/07/2012 16:58


 


La belle soupèse les monstrueux poireaux de Carentan, la tête blanche mais la queue verte, en songeant « Elle a raison , ma concierge, c'est dans mon petit pot- potin qu'on fait les
meilleures soupes. Ils sont peut être des potes âgés mais mes potes iront goûter le miel de mon petit pot et cultiver mon jardin secret. Cette photo est brûlante d'une sensualité assumée .
La femme ne cache pas sa gourmandise et ne semble pas être soupe au lait ni chichiteuse . Les mettre à tremper ces poireaux, les deux ensemble , ne lui fait pas peur. Elle a du cœur à
l'ouvrage, pas un cœur d’artichaut, mais suffisamment, généreuse et pleine d'appétits, pour s'effeuiller et ne pas faire poireauter ces grosses légumes qu'elle palpe avec délectation, elle sait
comment traiter les asperges du pauvre dont elle goûte la verdeurs crue. Elle n'a pas besoin de brillants sonnets pour imaginer de rabelaisiennes agapes...Qui sait qui va passer à la
casserole ? Ce sont les poireaux, pardi ! Plu-Plu vous êtes un coquin, vous avez des vagues à l'âme, mais il semblerait que votre devise pourrait être « Fluctuat sed verge est
dure »...régalez vous, faites vous plaisir, ne tombez pas dans cette mode stupide à objectif minceur....longue vie aux gras !

Depluloin 28/07/2012 11:57



Oui, j'ai vivement regretté de ne pas pouvoir colorier ces magnifiques légumes. J'étais pourtant inspiré.