Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 18:44

Jardin tout confort


img095.jpg
 

         Mon jardin a la taille d’un terrain de football. D’emblée, je lui trouvai toutes les qualités : une surface telle qu'elle permettait d’envisager toutes les plantations possibles (potager, verger, fleurs à couper), surface parfaitement plane, rigoureusement délimitée par des bandes blanches, pas moyen de se tromper, recouverte d’un gazon ras, arrosée automatiquement selon les saisons et le degré d’hygrométrie, comportant en outre deux sortes de cages faites de filets tendus toute désignées pour y planter groseilliers, framboisiers, cassissiers, que les oiseaux s’empressent de piller que c’en est pénible.

 

         Plus tard, je découvris même, situé à l’écart, tout le confort possible : vestiaires, douches, W-C. Confort rare qu’apprécie tout jardinier à la fin de sa rude journée.

 

         J’allais oublier : l’exposition est parfaite, le soleil se levant d’un côté, je ne sais plus lequel, se couchant de l’autre. Et aussi, mais cela je le découvris plus tard presque par hasard, mon jardin pouvait le cas échéant être éclairé par de puissants projecteurs pour les travaux de nuit. Une fort belle affaire vraiment que ce terrain. C’était pour le moins un jardin de contremaître voire de directeur d’usine que je venais de m’offrir pour le prix d’un simple jardin d’ouvrier.

 

         J’étais ravi, et mon ravissement fut tel que je me mis aussitôt au travail. Une nuit pour dresser le plan général selon les directives de M. de Perthuis, auteur indépassable du célèbre Traité d’Architecture rurale (1810), traité qui aujourd’hui encore fait autorité comme chacun sait.

 

         Les jours suivants furent certes harassants mais ô combien exaltants! Chaque heure apportait sa pierre à mon jardin, si je puis dire, et rien ni personne n’aurait pu de me distraire de ma tâche. Personne sauf une bande de jeunes idiots surgis soudain de nulle part pour jouer au ballon. Je vous demande un peu. J’eus beau jouer du râteau, de la pelle, de la pioche, rien n’y fit. Ce fut la maréchaussée qui trancha : au lieu de chasser les vandales, les pandores me conseillèrent, sans rire, d’aller me renseigner auprès de mon notaire et de m’acheter des lunettes pour mieux déchiffrer le plan cadastral.

      Ce que je fis, n’étant pas du genre à contrevenir aux lois de mon pays. Mon nouveau jardin se situait en effet bien en contrebas du merveilleux terrain de cons, au bord de la rivière, en zone inondable, c’est à dire inondé six mois par an. Depuis je me désintéresse souverainement des jardins. Je vais au marché deux fois la semaine, où je trouve à peu près tout ce dont j’ai besoin : pain, olives, et sardines à l’huile.


 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pascale 01/02/2010 18:23


Ouf, ça finit dans le sourire ! Ce texte me ramène à mes années de prime jeunesse, aux vacances toulonaises chez mes grands-parents. Un jardin potager, pas moyen d'y jouer au ballon. Donc la rue.
Et un grand mur en béton. Derrière, une vieille mégère qui collectionnait nos ballons. Quelle salope, elle ne répondait jamais à nos coups de sonnette pour réclamer gentiment et poliment la petite
balle tombée dans son antre ! Je lui garde une dent...!


Depluloin 01/02/2010 18:57



Ah mais je crois revivre de bien sales moments! C'était toujours au plus petit d'aller sonner à la porte de l'ogre ou l'ogresse!

(Je ne suis toujours pas allé sur votre site! Je me réserve toujours un moment tranquille qui ne vient jamais!)




L........................................................uC 01/02/2010 16:38


To bine or not to bine, zat's ze question...


Depluloin 01/02/2010 17:45


Oui mais maintenant y a des machines pour ça. (Rôôoooooooh!!!)



mon chien aussi 01/02/2010 15:14


Pourquoi "tranchât" ?... Enfin, bon... comme j' suis étranger, j'ai p't-être intérêt à la boucler.
Ben ouais, l'Homme de Qualité a toujours des problèmes avec les abrutis du ballon. Mais paraît que l'Homme sans Qualités a d'autres problèmes. Pfff... c'est chiant tout ça.
Le jardinage ... mouais, une façon de méditer, hein, c'est ça ?...
J'attends le  jeu de mots.


Depluloin 01/02/2010 17:39


L'on le se demande! (Doux Jésus, ma vieille cervelle!) Heureusement, il y a parfois des lecteurs qui lisent...
Oui, le jardinage qui est au ballon rond (sic!) ce que la boule est à la pétanque. Je ne suis pas sûr de la phrase.
Et enfin, oui : pour ma part virgule le jardinage est une façon de m'éditer.
Merci, mon chien aussi, c'est toujours un plaisir de causer avec un furieux.



L........................................................uC 01/02/2010 07:57


Toulouse Lautrec: 2/0.


Depluloin 01/02/2010 09:02


Encore?! C'est toujours Toulouse qui gagne!! (Pleine forme -, Luc! :))



koukitoutouie 01/02/2010 07:49


Laissons donc leur terrain aux enfants et ... un ptit coup de rouge sur pain olives et ... anchois par chez nous Monsieur Duplutôt...
çà me fait penser à un dessin votre histoire, on y voit toute la scène


Depluloin 01/02/2010 09:01


Ah L'anchois! Ce que l'on peut négliger l'anchois!! Que c'en est une véritable honte!

Quel dessin? (L'idée m'est venue parce que je viens d'apprendre que le petit bout de terrain que mes grands parents avaient prêté à la municipalité pour agrandir le terain de foot - pour permettre
au public d'en faire le tour - a fini par être tout grignoté au fil des années : petitee tribune, vestiaires, salle des fêtes... Ils nous ont laissé trois pommiers...quand même! "Mais vous pouvez
venir hein! Vous gênez pas hein!")
)