Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 17:52

Roland Hélié


68306741

 

 

 

  Un matin, je fis la connaissance d’une étudiante, F... Très vite, je me mis à l’aimer. Il me semble que je n’y pouvais rien. Elle ne m’aimait pas. Un jour, elle demanda à venir travailler chez moi tout un week-end. J’acceptai. Le samedi soir, nous dormions dans le même lit, le mien. Je la désirais, elle se laissa faire. Tout d’un coup, elle me mord l’épaule, éclate en sanglots et me repousse violemment.

  Elle regrette mais ne m’aime pas, c’est une erreur. 

  Si j’avais été Apollinaire, j’aurais fait entrer Alexine Mangetout qui l’aurait ligotée. J’enculerais F... pendant que Mony de Vibescu la giflerait avec son vit pour finir par l’arroser de son beau foutre moldave. 

  Si j’avais été Bataille, j’aurais longuement uriné sur ses seins en soufflant fort. 

  Si j’avais été Bukowski, je n’aurais pas débandé. Je lui aurais flanqué des baffes, l’aurais baisée trois fois et me serais tiré en emportant la dernière bouteille de Bourbon. 

  Si j’avais été Faulkner, j’aurais convié un demeuré à l’enfoncer avec un épi de maïs. 

  Si j’avais été Lascault, j’aurais invité mes amis les Anges Bleus : Bill l’Aboyeur et Pierrot le Briseur de jambes, Joë, Joseph et Paul le Grand Etreigneur, puis François le Jargonneur et Mike l’Avaleur d’ombres qui, à ma demande, l’auraient violée, chacun leur tour et toute la nuit, sur l’air d’Un homme et une femme.

  {...}

  Si j’avais été Steinbeck, je lui aurais, en l’embrassant, brisé les vertèbres cervicales.

  Si j’avais été Aragon, Céline, Joyce ou Mishima, j’aurais sûrement fait quelque chose. 

  Seulement voilà. Je n’étais aucun de ceux-là. F... pleurait. Je l’ai laissée se rhabiller et composer le 67 58 10 10 pour appeler un taxi. Je ne sais plus en quelle saison nous étions, j’avais un peu froid.

      Roland Hélié. Place de Chine. Editions rue fromentin. 2011

 

 

 

Extraire d’un livre aussi dense, aussi fin, égal du début à la fin, un extrait plutôt qu’un autre relève de l’exploit pour l'éternnel indécis que je suis. D’autant que celui-ci, joyeusement érotique, peut laisser imaginer ce qui n’est pas. Place de Chine est un livre d'une rare élégance, dans lequel l'humour dissimule à peine la belle et profonde humanité de son auteur.

 


 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Chaussois - dans bibliothèque
commenter cet article

commentaires

Ambassadeur 07/12/2012 11:34


Ah les bonnes femmes! Mon père disait ça, mon grand père de même avant lui, alors je continu, mais j'ajouterais: ah les écrivains!


Quant à l'incroyable Depluloin je crois que nous devinons aisément ce qu'il aurait fait ou pas fait, avec son regard de cocker et ses doutes incessant.

Depluloin 07/12/2012 15:56



Il faut toujours écouter les anciens - c'est ce qu'on m'a appris. (Depluloin ? Tellement irresistible que la morsure eut été une preuve de plus de son... bon, on peut rêver
quoi.)


 



patrick verroust 06/12/2012 12:13


Si j'avais été F.  avant de les envoyer se faire foutre, je me serais occupé de leurs rognons, m'en seraient fait rissoler une poêlée royale que j'aurais sucé jusqu'à l'os comme l'aurait
Henri IV parlant des mœurs d'Henri III....c'est y pas mignon ,comme idée? J'en rie... Ou alors je leurs aurais coupé les pénis et me serais fait une couronne des pines pour  prix du risque
d'être enceinte. Un miracle aurait pu se produire, j'aurais,qui sait,pousser un christ d'amour. 


Moralité , il ne faut pas travailler le weekend ni se blottir dans un lit avec quelqu'un trop poli pour être honnête, sous peine de se retrouver dans de beaux draps


 

Depluloin 06/12/2012 18:19



Ah ! Vous aussi, vous prenez la défense de cette pauvre F... ?  C'est bien d'y avoir pensé. Ce machisme est insupportable ! 


 



Michèle 05/12/2012 21:42


Oui, tout cela traduit l'infinie douleur du caméléon qui étire en vain sa patte....

Depluloin 06/12/2012 18:17



Mais vous avez raison ! Je n'y avais pas pensé mais c'est ça ! 


 



alena 05/12/2012 19:26


où l'on voit le privilège évident de l'écrivain sur le commun des mortels...

Depluloin 06/12/2012 18:16



C'est pourquoi je me dépêche avant qu'il ne soit trop tard. Vous aimez les écrivains, Aléna? Hu ! hu ! (Non, je n'ai rien dit !:)


 



Pascale 05/12/2012 18:23


Il a oublié le plus important : "Si j'avais été Depluloin..."

Depluloin 06/12/2012 18:15



Exact ! C'en est même incroyable. A mon avis, l'auteur a fait de l'autocensure et c'est heureux ! :)