Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 17:41

Plaisir d'offrir (un livre)

 

img282

 

    Depuis que j’ai réussi à introduire un cintre métallique dans je ne sais plus quel orifice de mon poste de télévision (qui n’en manque pas d’orifices, je ne sais pas si vous avez jamais eu la curiosité d’aller regarder, de quoi satisfaire un régiment de zouaves) je suis à même de regarder les « news » des trois premières chaînes françaises, dans des conditions qui ne sont pas sans rappeler les premiers balbutiements de l’ORTF (au point qu’il me semble parfois apercevoir Léon Zitrone en pleine bourrasque de neige) ou ceux de la télévision en couleurs inventée par le Professeur Tournesol dans Les bijoux de la Castafiore.

   Malgré tout il ne m’a pas échappé que nous étions en pleine période de Noël et donc des cadeaux. (Ce que semblent avoir aussi remarqué nos journalistes mais leur mérite est bien moindre puisqu’ils ont été formés aux enquêtes d’investigation les plus pointues, les plus dangereuses, qu’ils sont bien coiffés, qu’ils ont l’haleine fraîche et de belles dents blanches.)

 

 

img283

 

André JAMMES

Papiers Dominotés

Aux Editions des Cendres


    André Jammes est libraire à Paris. Digne héritier de son père (à qui j'avais acheté notamment ce "Brevet de Maître bâton" que vous avez pu apercevoir ici), André Jammes a réuni une collection unique de livres anciens brochés - qui ont donc "échappé" en leur temps au relieur et ont été conservés dans cet état pour ainsi dire "brut", tel qu'à la sortie de l'imprimerie.

 

img290

 

   Vous pouvez, vous devez, consulter le catalogue des Editions des Cendres ici. Catalogue qui m'a réservé une belle surprise : un inédit de Robert Pinget!

 

 

img284

 

img291

 

      L'avenir de l'Imprimerie nationale est plus que compromis à cette heure. La disparition de cette institution constituerait une de ces catastrophes culturelles qui passera sans doute inaperçue. A l'heure du livre numérique, il est plus facile et plus "politique" de distribuer subventions et autres à des chimères qui ont le grand mérite de faire causer aux journaux de vingt heures.

 



Partager cet article

Repost 0

commentaires

ArD 16/12/2010 21:00



Non, le savoir-faire ne déménagera pas, ça, c'est certain.... sauf contre-mesure ! Il est déjà heureux que l'Imprimerie  cherche un apprenti à partir de 2013 pour la gravure des poinçons
(qui sert à maintenir les collections de caractères), afin que le seul graveur en lieu ait palce ait le temps de le former avant de partir en retraite. Il avait été question qu'il n'y eût plus de
graveur. cela dit, pas d'élève apprenti à l'horizon, pour le moment.


Je ne me rappelle plus de ce marchand, rue de Seine, c'est votre libraire ?



Depluloin 17/12/2010 00:50



Bon, eh bien me voilà totalement rassuré! Tant mieux! (Qu'est-ce qui me prend d'écouter les éternels alarmistes maintenant, moi qui me suis toujours tenu à distance!)


Vous êtes très au fait et ça me rassure aussi. Prouté est un marchand d'estampes, de gravures, de dessins anciens. Vieille Maison qui a dû voir défiler des trésors! Je me souviens
justement d'une suite de Goya d'une qualité exceptionnelle! Vingt mille francs pièce... je n'avais pas trouvé cela si cher! (Rue de Seine, à quelques pas du Bd Saint-Germain, en allant vers le
Sénat...)


 



ArD 16/12/2010 12:23



Tant que le patrimoine g$it dans des cartons, on put en effet considérer que c'est une catastrophe, de même que la crainte qu'il soit éparpillé... La crainte qu'il ne quitte Paris, pour beaucoup,
est aussi une catastrophe, etc.


Louis Jou, ben non... il n'est pas oublié... 2 jours, le premier colloque sur lui à Saint-Rémy de Provence où l'on a pu voir sa propre collection (de Goya entr'autres). Même que ses cousins
catalans étaient venus et nous étions une bonne cinquantaine. Pour le prochain, je vous tiens au courant ?



Depluloin 16/12/2010 13:11



Oui, mais cette crainte - si j'ai bien compris! - se fonde sur cette tactique assez vicieuse et subtile qui consiste à déménager assez loin un patrimoine, des machines, etc... sachant que
tous ces maîtres-artisans ne suivront peut-être pas. 


Saint-Rémy est un peu loin, hélas! (quoique je risque de m'en rapprocher dans les prochains mois!). Oui, volontiers, tenez-moi au courant ne serait-ce qu'en me transmettant des choses par
email si vous voulez bien... Je vais courir chez Prouté rue de Seine, c'est mon petit musée personnel! Vous connaissez ce marchand? Pour le moment il me tolère encore! 


 



ArD 15/12/2010 21:46



Ah oui, le patrimoine de l'I.N. est un trésor et Garamond ptrimoine s'est bien agité, il fut un temps, pour le sauver. Le patrimoine est à l'abri, ne reste plus qu'à lui trouver un lieu
d'hébergement. Il a bien failli partir à Caen... Mais L'imprimerie s'est rendu compte qu'elle pourait peut-être le monnayer, non pas en le vendant, mais en le détachant ;-)


Pour les entrées à l'Hyène, ben... c'est le dernier graveur au cabinet des Poinçons, une femme, qui m'a dit de vive voix que ce n'était pas compliqué. Je l'ai vue récemment lors d'un petit
colloque sur Louis Jou, elle mignonne comme tout, elle ne vous fera aucun obstacle.



Depluloin 15/12/2010 23:54



Vous me rassurez : à entendre ce libraire - qui n'est pas un exalté pourtant - c'était une catastrophe irréparable! ... Ah mais j'irai volontiers voir ces gens de plus près! (Louis Jou?
... Je le croyais oublié. Le monde tourne rond après tout!;)


 



bernadette 15/12/2010 18:05



je m'adresse à la majorité.



Depluloin 15/12/2010 19:22



Oh ça! Le jour où vous prendrez un risque politique! ... Enfin, je n'en sais rien... chacun est libre! hu! hu!






la d@me 15/12/2010 15:32



@ArD : et l'IN de Douai, avec l'adorable machine à imprimer les contraventions ?


Deplu, faut vous mettre à l'aveuglette : l'IN garde l'exclusivité du Braille, crois-je : un blog en braille ...


 


 



Depluloin 15/12/2010 19:21



Ah le Braille en effet! D'où ces machines à aiguilles du Professeur Vronski! (Je croyais qu'il délirait! Suis injuste!)`