Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 17:53

 

cimetieres 001

 

 

  Je ne sais pas ce qui me retient de me faire un malheur et un beau. (Ou alors juste un petit pour la route, comme un en-cas. Après j’arrête, c’est promis. Sur la tête de ma mère qui êtes aux cieux que j’arrête après. Il doit y avoir un moyen - d’arrêter. Je mâcherai des chewing-gums ou me contenterai d’un succédané, un malheur sans malheur qui en aura la couleur et le goût.) La peur peut-être ? Car je me sais dur, féroce, cruel, impitoyable. Auquel cas ce serait moi en personne qui me retiendrais. (Car je me sais aussi prudent, peureux, douillet, fuyant, peu enclin aux conflits.) La peur donc. Mais là encore il y aurait à redire puisque je connais des moments, des instants plutôt, rares heureusement, dont je ne sais d’où ils sortent, où je n’ai plus peur de rien.

  Pusillanime, c’est le mot que je cherchais tout à l’heure et le voilà qui vient, un peu tard. Je le place quand même ici, où il n’a rien à faire pourtant, tant il est beau.

  Je m’aperçois que j’ai oublié de préciser « ailleurs », d’aller me faire un malheur ailleurs. C’était ça le vrai sujet. Et en effet, libre autant que je puisse prétendre l’être - en gros, une autonomie très relative de trois à quatre cents mètres sur terrain plat), sans attaches ni racines, je pourrais fort bien prétendre partir pour un malheur plus ou moins lointain. (Ici j’aurais aimé évoquer ces Sisyphe qui, une fois qu’ils ont fait leur trou quelque part éprouvent le besoin impérieux d’aller en creuser un autre ailleurs. S’ils étaient morts passe encore, je pourrais comprendre. J’ai toujours pensé que les morts devraient avoir le droit comme tout le monde de changer d’air de temps en temps. Une fois tous les cinq ans par exemple. La chose ne devrait pas être si compliquée, techniquement.)

  Le malheur voyageant mieux qu’une valise, ceci est connu, la question serait donc celle du décor. Le décor ayant changé, le malheur y gagnerait en dimension? en qualité ? Je n’y crois pas. Ouvrez, comme je l’ai fait moi-même durant des années, n’importe quel dépliant touristique et amusez-vous à imaginer votre malheur dans l’un de ces décors qualifiés selon les latitudes de paradisiaques, enchanteurs, ou reposants (Evian, Vichy...), il vous arrivera la même mésaventure qu’à moi : vous éclaterez aussitôt de rire.

 


 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sophie K. 10/02/2011 16:18



Allez. Un rouge frais, tiens. Tchin !



Depluloin 10/02/2011 19:18



Allez zou! Encore un que les... chinois n'auront pas! ... Ce serait pas l'heure du pastis? ... Tchin! Santé! comme on dit chez nous!


 



Sophie K. 10/02/2011 13:45



:0))) (Un cornichon, cher ami ?)


 



Depluloin 10/02/2011 16:06



Mais c'est une orgie!! ... Un cornichon? Hu! hu! pourquoi pas? Ça fait pas grossir ça... Allez, zou! ... Et un p'tit coup de rouge là-dessus? ...


 



Sophie K. 10/02/2011 10:40



Gnargntine, gnmnh.


:0)



Depluloin 10/02/2011 13:04



Rroooooooohh la gourmande! .... J'aime ces conversations sensuelles... je ne m'en lasse pas... c'est l'heure des rillettes? Ha! ha!


 



Sophie K. 09/02/2011 17:40



TarTine.


Pff. j'arrive même pas à dire les T.


C'est dire.



10/02/2011 10:37



Tar...zine? On vous comprend mal...



Sophie K. 09/02/2011 17:39



Oui, mais là, j'en suis à ma troisième tarine de miel, donc je vais éviter. :0)



Depluloin 10/02/2011 10:36



Du miel? ... Tant qu'à faire c'est préférable aux rillettes pour articuler.... Je sors! Ah non... :)