Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 10:52

 

DECEMB-RE-2011 1108

(D. C.)

 

  Tous les gens que j’ai jamais entrevus de près ou de loin peuvent défiler à partir de maintenant, cela est évident. Il y aura peut-être même des femmes et des enfants, j’en ai aperçu aussi, ils auront tous à la main de quoi s’appuyer dessus et fouiller dans mes affaires, ils me frapperont tous d’un grand coup sur la tête pour commencer, puis ils passeront la journée à me regarder avec colère et dégoût. Il faudra que je refasse le questionnaire (*) de façon à ce qu’il soit applicable à tout un chacun. Il s’en trouvera peut-être un, un jour, oublieux de la consigne, pour me rendre mon bâton. Ou je pourrai peut-être en attraper un, une petite fille par exemple, et l’étrangler à moitié, que dis-je, aux trois quarts, pour qu’elle consente à me donner mon bâton, à me donner de la soupe, à vider mes vases, à m’embrasser, à me caresser, à me sourire, à me donner mon chapeau, à rester auprès de moi, à suivre le corbillard en pleurant dans son mouchoir, ce serait charmant. Je suis si bon au fond, si bon, comment ne s’en est-on pas aperçu ? Une petite fille ferait bien mon affaire, elle se déshabillerait devant moi, coucherait avec moi, n’aurait que moi, je pousserais le lit contre la porte pour l’empêcher de s’en aller, mais alors elle se jetterait par la fenêtre, quand on la saurait avec moi on apporterait de la soupe pour nous deux, je lui apprendrais l’amour et la détestation, elle ne m’oublierait jamais, je mourrais enchanté, elle me fermerait les yeux et me mettrait un tampon dans le cul, conformément à mes indications. Ne t’emballe pas Malone, ne t’emballe pas, charogne.

 Samuel Beckett. Malone meurt. Éditions de Minuit. 1951.

 

   Allons, Samuel. Tu ne pense pas ce que tu dis, tu l’as seulement écrit. Le mystère restera donc entier entre ce que tu as pensé et ce que tu as écrit. Cette « charogne » par exemple, l’as-tu réellement pensé ou l’as-tu écrit dans un grand éclat de rire ? L’un et l’autre, j’imagine : ces mots ne sortent pas de nulle part. Mais alors pourquoi ne garde-t-on de toi que ton sourire ? Pourquoi n’ose-t-on plus évoquer cette déréliction ? Pourquoi n’y croit-on pas, ne veut-on pas y croire, alors que tu n’as cessé de jouer avec elle ? Sans doute nous est-elle insupportable, elle l’est à vrai dire, elle nous gêne. Nous préférons l’éviter comme on évite ce corps affalé dans le caniveau. On regarde ailleurs, on s’efforce de penser à autre chose, on oublie de voir de qu’on a vu, de lire ce qui s’écrit là, à même le trottoir. On passe à côté. Au loin.

 

* Le questionnaire que Malone, après avoir reçu un coup de bâton sur la tête, projette d’adresser à son nouveau tortionnaire.

1) Qui êtes-vous ? 2) Que faites-vous ? 3) Que me voulez-vous ? 4) Cherchez-vous quelque chose de précis encore ? 5) Êtes-vous fâché ?  6) Vous ai-je fait quelque chose ? 7) Savez-vous quelque chose à mon sujet ? 8) Vous n’auriez pas dû me frapper. 9) Donnez-moi mon bâton. 10) Travaillez-vous pour votre compte ? 11) Sinon qui vous envoie ? 12) Remettez de l’ordre dans mes affaires. 13) Ma soupe pourquoi me l’a-t-on supprimée ? 14) Mes vases pour quels motifs ne les vide-t-on plus ? 15) Croyez-vous que j’en ai encore pour longtemps ? 16) Puis-je vous demander un service ? 17) Vos conditions seront les miennes. 18) Pourquoi vos chaussures sont-elles jaunes et où les avez-vous salies ainsi ? 19) N’auriez-vous pas un bout de crayon à me donner ? 20) Numérotez vos réponses. 21) Ne partez pas, j’ai encore des choses à vous demander. 22) Pourriez-vous me prêter une gomme élastique ?

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Chaussois - dans bibliothèque
commenter cet article

commentaires

K°N° (le grand). 31/12/2011 08:48





... T'as un peu peur ?

Depluloin 31/12/2011 11:15



Mouaaaaaaaahhh !! C'est horrible!! J'ai très peur! Enlève-moi ce sac à puces de lààààà !!! 


(L'est très expressif. C'est ton chien?)






PhA 30/12/2011 18:53


C'est par là que je suis entré.

Depluloin 31/12/2011 11:19



Le tout est d'en sortir...


(J'ai rechuté!!;)


 



K°N° (le grand). 30/12/2011 16:04


Tu veux que je te dise ?

31/12/2011 11:25



Rrroooo hhh !!!  Ce pétite muuuuuuuuueeeee !!!! Quand même, l'avait kekechose!!!


 



aukazou 30/12/2011 12:23


Bah, je dirais 100 places avec les strapontins...peut-être même pas !


Sinon, nous étions un peu plus d'une dizaine, hier soir, et c'est dommage car la pièce était fantastique et les deux comédiennes absolument remarquables ! Vous auriez dû venir, si vous habitez le
quartier, je vous aurais offert un café ! (je ne vous drague pas, j'ai passé l'âge et je suis casée).

31/12/2011 11:29



Dix personnes???!!! Ah oui, du soucis à se faire! (J'habite à l'autre bout hélas!) Et il n'y a pas d'âge pour faire une bêtise!! :)) 



Yola 29/12/2011 15:46


Merci pour cet extrait. C'est vrai que Beckett n'est pas «confortable», mais comme ça fait du bien!

Depluloin 30/12/2011 11:05



Il est étrange là oui. Mais comme vous dites : quel bien ça fait! (La vie sexuelle de Beckett... mouaaahhh!!)