Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 18:32

Ou comment s'éviter une belle corvée. 


155427 383569851729497 1854842835 n

 

Le contenu de cet article, un soi-disant conte de Noël, a été jugé stupide et méchant et sera donc publié à une date ultérieure, probablement à la Trinité.

La Direction

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Depluloin - dans born to the blog
commenter cet article

commentaires

K°N° (le grand, voyons !) 26/12/2012 08:47





Je n'ai pas pu résister ;o)))

26/12/2012 09:31



Houlaaaaaaa !!!! Je vais la faire baisser d'un ton moi ! (Passe que avec les femmes faut parler fort sinon elles entendent pas!)


T'es où ? Il reste de la place dans ta tente ?


 



K°N° (le grand, voyons !) 26/12/2012 08:34





Et la suite ?

Depluloin 26/12/2012 09:30



Ben, je reste dans le panier ! (Si ça se trouve, ils m'ont pas vu, j'vais passer de ces vacances! Mais pourraient changer de disque!)


 



Sidonie 24/12/2012 09:27


"Le tunnel à entrée payante et à sortie aléatoire", je prends.

Depluloin 24/12/2012 17:26



Vendu ! Très bon choix, Sidonie.


 



patrick verroust 24/12/2012 07:49


 


 


 


Eh bien mon ami, vous en alignez des billets au compteur....Au bout du compte, vous affinez votre art de conteur, vous avez compris que , pour bien écrire, il faut savoir épurer. Quel plaisir de
vous avoir pour maître, vous pouvez compter sur ma reconnaissance...si...si (impératrice, la reconnaissance). Votre concept de conte en kit est génial.Pour ma part , jamais, je ne m'en tiendrai
quitte. Les pensées profondes sont , presque incommunicables, indicibles . Vous savez ne pas les dire, laisser l'évocation naître chez le lecteur., l'écriture est trop malhabile et prégnante, les
peintres, poètes, philosophes chinois l'ont bien compris qui privilégient les contes sur soie, qui n'a rien avoir avec le body painting. Vos derniers billets de l'onirique parachute, en passant
par le morbide « conte de noël, règlement » et le psychanalytique « casse-bonbons » explorent les domaines du rêve et de l'inconscient avec en fil de soie rouge cette pénible
et obscène période dite de noël.Vous faites , de fort allégorique façon, une lecture subversive de ce tunnel à entrée payante et à sortie aléatoire.Vous avez raison. Nos rêves, inconscients ou
entretenus jusqu'à la folie, mal nécessaire dans un monde de fous, sont nos échappatoires à une réalité insupportable et vraiment, folle, elle.Bien sur , il y a le risque que les rêves soient si
terrifiants qu'ils rendent insomniaque et créent la phobie du coucher, fréquente chez les jeunes enfants, ce syndrome s'appelle le couche-marre, il est provoqué par la peur de couche-merder.
L'intrusion d'autrui dans les rêves est ,souvent cauchemardesque, mis à part les rêves érotiques, mais laissons aux truies ce qui leurs appartient. Autrui est un empêcheur de conter en rond, on
ne conte bien que sur soi-même.


Les contes dont on nous abreuve, sont des histoires méchantes, destinées à terrifier, d'ailleurs quand on aime, on ne conte pas....Il est de bon ton d'admirer les contes, il faudrait au bout du
compte y regarder de plus près . Le père noël , par exemple, est un assassin, un monstre qui terrifie les enfants , un clochard à fantasmes pervers. Grâce à lui, la société formate les enfants à
la soumission et au compromis par la peur et les cadeaux récompenses ….le conteur, éducateur dit «  Tu m'en fais voir de toutes les couleurs, je vais appeler l'ogre Noël, reprends ta
peinture,sur soie, sage et tu auras des cadeaux » . Chaque année, les mômes, subissent, les petits lapins,y compris les petits lapons, le coup du chariot de rennes, l'ogre va descendre de
son nuage d'illusions par une échelle de rêve....Mon œil, au bout du conte , la terreur sera reine et les rênes bien serrées. Les enfants, comme sur votre photo, se tiendront à carreau, les
illusions perdues.Ils auront peur du noir , demain sera re-noir ! Leur pseudo crédulité aura été achetée.. le coût du chariot ne cesse d'augmenter..Ce qui donne l'espoir de voir le monstre
crever d'une crise de foie gras. Disons le haut et fort « A moi ,conte ,deux mots ! »...Elle est libertaire votre idée de conte en quitte, je vous quitte, je ne voudrais pas la
démonter, la dépouiller de son mystère...et puis , j'ai un conte à monter, moi, une histoire à dormir debout, il est temps d'aller piquer une tête en somme, sans compter sur l'aide de l'abbé de
somme qui est d'un agité...Ma mère !!!

Depluloin 24/12/2012 17:25



C'est à dire que je compte sur vous maintenant ! (Pourquoi faire soi-même ce qu'un autre etc.:)


 



tchaoupisque 23/12/2012 18:56


Trinité, é. Subst. fem.


S'il faut démonter soi-même...

Depluloin 24/12/2012 09:43



A vos souhaits, Tchaoupisque ! Et merci ! (Ces traductions automatiques ne valent rien.) Et puis je suis l'anti Perec, j'ajoute des "e" partout, il faut bien se distinguer.