Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 17:09

l’herbier (occupation n° 147)


img624


 

     Dans son herbier, une feuille de géranium. Celui de son balcon. La plante était pour ainsi dire là, en germe, quand il a aménagé, et y est restée. Durant les quelques années qui suivirent en effet il ne s’est pas soucié de ce vieux pot plein de terre sèche, et apparemment infertile, avec, plantée en son milieu, comme une tige de bois mort. Pourtant, il ne se passait pas une journée sans qu’il se dise :  “Un jour il faudra que je me décide à jeter ce pot à la poubelle. Demain, demain.” Mais c’est un trait remarquable de son caractère que dire c’est faire et de fait il n’est pas rare que dans ses bons jours il aille jusqu’à se promettre la Lune. 

     Ce pot et son germe eurent donc la vie sauve. Il vécurent heureux dans un recoin du balcon. Si heureux qu’un jour la tige, peut-être à la faveur d’une pluie particulièrement favorable se mit à prendre du muscle puis à verdir, puis à donner des feuilles, et enfin des fleurs. 

     La plante continua de prospérer toute seule, vaille que vaille, car, malgré son peu d’intérêt pour les végétaux et le vivant en général, il ne put jamais se résoudre à dire : “Demain je mets cette plante à la poubelle. Demain, demain.” Par-devers lui, il ajoutait pour ne pas être entendu d’elle : “Elle finira bien par crever toute seule. Un jour, un jour.”

     Les années passèrent et il n’en fut rien. Jamais. Le mercure pouvait descendre bien en dessous de zéro l’hiver, grimper à plus de quarante l’été, sans qu’une seule goutte de pluie vienne la rafraîchir, il (le geranion en latin classique) survécut. Si bien qu’un jour, il fut pris de pitié et l’arrosa. Mal lui en prit : le géranium (geranos en grec ordinaire) qu’il était maintenant prêt à choyer creva dans la nuit. Pour de bon cette fois. Et son herbier avec. 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sophie K. 08/09/2010 10:38



Depluloin, vous êtes l'Attila du geranium. Ca ne m'étonne guère, tiens. Psssss....


:0)



Depluloin 08/09/2010 13:22



Ho!!!!! Alors ça! alors ça!! (Attila? Dit le Désherbant? Celui qui faisait cuire son steak sous ses fesses? Rôoooh oui, c'est tout moi ça! :)


 



Frédérique 08/09/2010 10:23



Ben voilà, elle a pas supporté votre pitié. Votre inattention rayonnait et de ce trop peu elle s'est contentée. Perfusez... next time, délicatesse...  et cessez vos apartés, ils ont fini par
l'achever.



Depluloin 08/09/2010 13:19



Fiction! FICTION!!!!! Mon vrai géranium à moi, une t'ite bouture tombée d'un balcon sur le trottoir mesure près d'un mètre cinquante maintenant! J'ai la main veerte figurez-vous! les
deux!! :)


(Soit, j'arrête mes apartés, ça le fait rougir, c'est un modeste mon géranium!)






tor-ups 08/09/2010 09:39



nouveau langage des fleurs - un géranium qui meurt veut dire : arghhh... depluloin m'a arroser ...



Depluloin 08/09/2010 13:15



Non, ça n'est pas tout à fait ça. Permettez que je corrige! Le géranium en extase soupire : oui..... oui..... depluloin m'a rosser... encoooooreu......


SHARAWADJI !!!!


(Alors vous! vous! S'pèce de lâcheuse!!)


 



jàc 08/09/2010 00:59



on sait jamais Dominique !!! Gégé la Fleur


a ptêt encore de a vie et du goût pour nous étonner !



Depluloin 08/09/2010 12:52



Gégé la Fleur!! Ha! ha! Si on m'avait dit un jour... (Oh et puis aucun mérite : plus de goût pour le sérieux et le grave. S'étonner soi-même, seuls les mots le peuvent non?) Ah Frère
Jacques! 


 



Frédérique M 07/09/2010 21:52



@ Pascale : Moi tout pareil



Depluloin 08/09/2010 01:16



gnagna gnagna...


(Oh pardon Frédérique! hu ! hu! Je n'avais pas... c'est une méprise! ... Comment allez vu?)